Everyday Adventures

What do we really need to live a happy life?

March 17, 2017

When we were still living in France, we owned a great house: 150 square meters filled with beautiful furnitures, books, toys, a kitchen with everything you need to cook like a chef, a nice bathroom, confortable bedrooms, a humongous living room, and an amazing garden with a natural view, fruits, vegetables, swings and deckchairs to enjoy every bit of sun all along the year.
Where we happy? Yes! (but…) We were happy to be together in a good health and with beautiful surroundings, friends and family but we felt our freedom was limited by the ownership of such a big house with all it involves: taxes, credit fees, repairs, cleaning…, most of our free time was spent in taking care of it, better than enjoying life with our children. How many times I heard: “mum, you promised” and how many time I had to answer ” yes I know dear, I am sorry, next time I swear…”
Also, at the end of each month, we more than often had only a few pennies left in our bank account and the prospect to still pay the bank for 20 years to come was disturbing… at the end we would have paid twice the price of our house!
You see, what we wanted more than everything was to travel, we wanted to be able to leave whenever we need, and one morning, just like that, this beautiful house had become a burden that we wanted to get rid of.
It was hard to sell it, the economy was at its low, we lost a lot of money, energy and belongings in the process, so many people were eager to take our stuff for free without even proposing anything else in return (help, money, hughs… ), for a while I felt only disgust and tiredness. When finally we succeeded to free ourselves from the house we had no more debts, a few things and 20 000 euros in our bank account, which we spent for our expatriation (you can read all about it here). I still feel it is a ridiculous amount compared to all we have spent in this house (energy or money) and it is a shame we did not made different choices back then, but regrets are not productive, what is done is done, and we should not let money rule our life. Those days, I concentrate on living one day at a time, even if it is sometimes hard because we are still struggling with money and we are not yet able to travel as much as we would like too. I don’t complain, we made our own choices, we chose our priorities.
Losing everything we once owned made us consider life from another angle.
Before selling our house, we were strongly thinking about a life on the road to allow us to travel all the time and discover the world with our children, but I think we were scared because it is a completely different lifestyle from the one we know and we were anxious of the outcome…
Today, I see this expatriation as “a room between” because it made us embrace a simpler way of life: when you are 5 people living in a 45 square meters flat you are forced into it, you need space!
The only things we own and cherish now are some books and some toys, the rest is dispensable: three beds with one set of bed linen per bed, three bath towels, two bookcases, a storage with boxes for the kids’ toys, a small sofa, a desk for the kids, a diner table, two benches and two stools, a fridge, a washing machine, a toaster, a cooker, a mixer, a kettle, 3 pans, 6 plates, 6 glasses, 6 forks, 6 knives, 6 spoons and a few other things… this is all we own!
I can assure you, we will not buy anything else unless something breaks and has to be replaced!
If it is true that I missed my old stuff at the beginning, now I don’t really remember what I had and I don’t feel it is necessary to own more to feel good, on the contrary I believe that surrounding ourselves with a lot of stuff again could stop us from doing the things that we really want to do…
You know what? I have so much more creative ideas since we changed life, it is crazy!
Now, we just have to get over the tiredness of our expatriation, get back on our feet, save some money and find the energy to go to the next step.
One thing is certain, our legendary positivity finally came back and right now, we feel ready again to make the most of our new life. It is crazy how in a few weeks our state of mind changed…

What about yourself, are you satisfied with your life or would you like to make a change?


Quand nous étions en France, nous étions les propriétaires d’une belle et grande maison de 150m2 bien remplie et décorée de magnifiques meubles, livres et jeux, avec une cuisine équipée comme celle d’un chef, une belle salle de bains, des chambres confortables, un séjour gigantesque et un superbe jardin avec vue naturelle, fruits et légumes, balançoires et transats afin de pouvoir profiter toute l’année de chaque rayon de soleil. Étions nous heureux? Oui! (mais…) Nous étions heureux d’être ensemble et en bonne santé dans ce superbe endroit, entourés d’amis et de notre famille, mais être propriétaire limitait notre liberté: impôts, crédits, réparations, nettoyage, la majorité de notre temps libre était consacré à l’entretien de cette grande maison et non à nos enfants. Combien de fois alors ai-je entendu: “maman tu avais promis” et combien de fois me suis-je entendu répondre: ” oui ma chérie je le sais, je suis désolée, une autre fois promis”. Et puis, nos fins de mois étaient tout le temps serrées et l’idée de devoir rembourser la banque pendant encore 20 ans était dérangeante… à la fin ça nous revenait à payer deux fois le prix de notre maison!

Voyez-vous, notre voeu le plus cher était de voyager, nous voulions être libre de partir du jour au lendemain si nécessaire et soudain cette belle maison était devenue un véritable poids dont nous voulions nous libérer. Vendre cette maison ne fut pas une mince affaire, l’économie était au plus bas et nous avons perdu énormément d’énergie, d’argent et autres possessions dans cette vente; tant de gens se sont montrés avides de prendre nos affaires pour rien ou presque sans même proposer quelque chose en échange  (aide, argent, encouragements…), pendant un temps je n’ai senti que fatigue et dégoût. Une fois débarrassés de la maison, nous n’avions plus de dettes, quelques affaires et 20000 euros en banque que nous allions totalement dépenser pour notre expatriation (j’en parle ici ). J’ai toujours le sentiment que c’est une somme ridicule par rapport à toute l’énergie et l’argent que nous avions investi dans cette maison. Il est dommage que nous n’ayons pas fait d’autres choix alors; mais avoir des regrets est stérile, ce qui est fait est fait et nous ne devons pas laisser l’argent diriger notre vie. Ces derniers temps, je m’attache à vivre le jour présent même si cela est parfois difficile car nous ne sommes toujours pas assez libres financièrement pour commencer à voyager autant que nous l’aimerions. Je ne me plains pas, personne ne nous a forcé la main, nous avons choisi nos priorités.

La perte de tout ce que nous possédions nous a amené à considérer la vie d’un autre oeil. Avant de vendre notre maison nous envisagions souvent une vie plus nomade qui nous permettrait de vivre tous les jours nos envies de voyages avec les enfants mais je pense que nous avions peur de nous lancer dans l’inconnu… Aujourd’hui, je vois cette expatriation comme un entraînement pour la suite car elle nous a poussé à adopter un style de vie bien plus simple: quand vous vous retrouvez à vivre à cinq dans 45m2 vous n’avez pas d’autre choix que celui de faire le vide autour de vous! Les seules choses auxquelles nous tenons et que nous possédons maintenant sont quelques livres et jouets chers aux enfants, le reste n’est pas important: 3 lits avec un set de draps pour chaque, 3 serviettes de bain, 2 étagères à livres, un meuble à tiroirs pour les jouets des enfants, un petit canapé, un bureau pour les enfants, une table à manger, deux bancs et deux tabourets, un frigo, une machine à laver le linge, un grille-pain, un cooker, un robot cuisine, une bouilloire, 1 casserole, 1 poêle, 1 wok, 6 assiettes, 6 verres, 6 fourchettes, 6 couteaux, 6 cuillères et d’autres petites choses nécessaires à la vie de tous les jours… voilà tout ce que nous possédons! Et je peux vous assurer que nous n’achèterons rien de plus, si ce n’est pour remplacer quelque chose de cassé. Si il est vrai qu’au début mes affaires passées me manquaient, aujourd’hui elles sont loin dans mon souvenir et je n’éprouve pas le besoin de les remplacer pour être heureuse. Au contraire, j’ai la ferme croyance que nous entourer à nouveau d’une kyrielle de choses empêcherait ou retarderait l’aboutissement de nos projets.

Vous savez quoi? Depuis que nous avons changé de vie je redouble d’idées et de créativité, c’est fou! Maintenant, nous devons dépasser la fatigue de notre expatriation, nous remettre sur pied, mettre des sous de côté et trouver la nouvelle énergie nécessaire pour passer à la prochaine étape. Une chose est certaine, notre positivité légendaire est de retour et nous sommes maintenant bien décidés à profiter un maximum de cette nouvelle vie qui s’offre à nous. Il est impressionnant de voir combien notre état d’esprit à changé depuis ces derniers jours!

Et vous? Êtes vous satisfaits par la vie que vous menez, ou aimeriez vous en changer?

You Might Also Like

9 Comments

  • Reply Myriam March 17, 2017 at 5:25 pm

    Comme tu le sais, moi j’aimerai réunir ma famille ….
    Je t’admire quel courage.
    Les biens matériels apportent une certaine sécurité et un «crédit» auprès de la société, mais il est clair que votre expérience australienne et les autres à venir, je vous le souhaite, vous enrichirons bien plus.

    • Reply Fleur Darling March 17, 2017 at 8:53 pm

      Merci pour ton message Myriam, mais tu sais tu es toi même très courageuse et je te souhaite de trouver la solution à ton problème bien vite. Toutes les expériences que nous vivons sont enrichissantes et ce que tu vis l’est également, courage tu es une battante, tu en sortiras plus forte.

  • Reply Aurore Valantin March 17, 2017 at 5:32 pm

    L’essentiel, la simplification, il n’y a que ça de vrai! 😉 🙂 Article-réflexion tout en justesse et en sincérité. La photo choisie est tellement jolie! Ton blog est magnifique à parcourir tout comme la nouvelle version de Petite fleur loves books. L’esthétisme est canon! ❤

    • Reply Fleur Darling March 17, 2017 at 8:55 pm

      Ah ma Aurore, simplification et organisation sont maîtresses en ta demeure! Tu m’as inspiré de nombreuses bonnes idées. Merci pour les compliments, je suis heureuse de savoir que ce blog te plaît. Bisous à toute l’équipe!

  • Reply Holly G. March 17, 2017 at 7:58 pm

    J’aime ma vie, notre vie, infiniment. Contrairement à vous, je suis très attachée aux choses, ou plus exactement aux livres. Nous en avons environ 10 000 et m’en séparer serait terrible pour moi. Le reste est moins important. Ma maison, notre lieu de vie est comme un reflet de mon univers intérieur et l’abandonner représenterait à coup sûr une déchirure. Vivre dans un autre pays serait tentant, mais à condition d’y transposer mon univers… En vérité, ce que vous décrivez est un cauchemar pour moi ! 🙂 Je suis très casanière et n’envisage le voyage que dans certaines conditions… Mais je pense que vous êtes probablement plus proche de l’essentiel que moi par certains aspects. Être attaché aux choses, c’est en être esclave, parfois. Mais pour les livres, c’est autre chose… Ce sont mes amis, ma famille, et je veux bien être leur esclave, car ils rendent ma vie plus belle, plus intense… L’important est de trouver sa voie et, surtout, d’aimer absolument. Il n’y a pas de bon ou de mauvais choix en soi, tant que l’on est heureux et que l’on rend heureux ceux que l’on aime.

    • Reply Fleur Darling March 17, 2017 at 8:10 pm

      Je suis tout à fait d’accord avec vous Holly, il est important de trouver sa propre voie et son bonheur…
      J’avoue, nous n’avions que 3000 livres (je me sens petite joueuse tout à coup) et ce fut une séparation difficile car nous aimons aussi énormément les livres, nous avons gardé les plus beaux, les irremplaçables, les illustrés, certains ont voyagé avec nous, les autres sont stockés en France en attendant de nous rejoindre, et de nouveaux arrivent chaque mois…
      Merci pour votre message et profitez pleinement de votre bonheur.

  • Reply Crapaud Chameau March 18, 2017 at 1:23 am

    Un article qui donne la pêche ! Je partage le même point de vue : nous vivons dans un petit appartement dans une coop, payons un loyer bien moins cher que dans le privé, nous avons peu et même là, je trouve que c’est trop (tu as pu constater mon symptôme Monk). Nous avons changé de voiture l’année dernière car les réparations auraient coûté trop cher, une voiture avec clim, le gros luxe pour moi !

    C’est dans l’être que nous investissons depuis quelques années : des sorties, des musées, des spectacles, de petits séjours en famille, dans la nature, loin de tout. Je n’envie pas les belles maisons car je sais que les propriétaires en général passent beaucoup de temps au travail, avec beaucoup de stress, sans profiter de leurs enfants. Je n’ai pas envie de passer à côté de l’enfance de mes deux chéris, c’est maintenant qu’il faut profiter. On le fait simplement et à fond !

    De tout cœur, je vous souhaite le meilleur.

  • Reply Isa LISE March 20, 2017 at 5:53 pm

    Belle réflexion. Moi aussi je suis détachée d’un certain nombre de biens matériels et pourtant, même avec ce détachement, c’est étrange de constater que le chagrin peut être là au moment de dire adieu à ce qu’on avait (cas lorsque j’ai vendu ma maison l’an dernier). Le plus important me semble ailleurs. Pourrais-je partir comme vous? Oui et non car il y a nos animaux et notre famille et ça, c’est plus compliqué pour moi. Belle poursuite d’expérience à vous!

  • Reply Madhu March 21, 2017 at 3:17 pm

    As per all of your posts, this was very inspirational, Ninon.
    The adventurous 5 are very courageous bunch to uproot yourselves and to navigate a new land. What’s even braver is your candid honesty on the joys and struggles of this experience thus far. You are both doing an amazing job, and your positivity is infectious. Stay strong and determined and beautiful!

  • Leave a Reply